Où vont nos déchets organiques ?

Où vont nos déchets organiques ?

Par définition, les déchets organiques sont des résidus d'origine animale ou végétale, fermentes cibles par des micro-organismes et dont la décomposition par procédés naturels conduit à la fabrication du compost et d'engrais. Autrement dit, sont classés déchets organiques tout ce qui peut pourrir dans la nature et ce sont en général, les restes de produits alimentaires issus du métier de la restauration, des ménages et de l'industrie agroalimentaire ; les troncs et feuilles d'arbres morts ; ainsi que les papiers et les cartons souillés sous certaines conditions. La plupart du temps, ces déchets finissent à la poubelle ou dans les décharges qui est leur acheminement final à partir de la collecte. Toutefois, en procédant à un tri sélectif, les déchets organiques peuvent être utilisés à des fins plus avantageuses, au-delà de leur caractère nauséabond et répugnant. Que deviennent nos déchets organiques ? S'ils sont bien traités, cette catégorie de déchets peut représenter une source d'énergie renouvelable intéressante et durable.

Les deux grandes voies d'acheminement

Les déchets organiques, dits aussi « vert», sont acheminés vers des centres de traitement spéciaux où ils seront triés manuellement par des ouvriers ayant pour tâche de retirer à partir de la masse de déchets accumulés, les éléments non dégradables comme le verre, la pierre,…etc. Une fois que c'est fait, le reste des déchets qui sont classés biodégradables sont autorisés à suivre deux autres voies bien distinctes en fonction de leur typologie. On parle alors soit de la méthanisation, soit du compostage industriel.

Le compostage industriel

Pour le compostage industriel, les déchets sont broyés et empilés à l'air libre en formant d'énormes colonnes d'ordures. Ils sont laissés dans cet état pendant plus de six mois. Chaque mois, un engin de chantier se charge de retourner le tas pour aérer le compostage et ainsi favoriser l'action des bactéries, des vers et champignons décomposeurs.

A la fin du processus, le compost final aura l'aspect d'une terre noire et granuleuse, qui sera ensuite tamisé en vue d'obtenir une matière homogène, revendue et réutilisée dans l'agriculture.

La méthanisation

La méthanisation, appelé aussi « digestion anaérobie » par les professionnels, ce procédé de transformation des déchets n'est pas encore tout à fait employé en France par rapport au compostage.

C'est grâce à des ingénieurs comme Mohamed Ayachi Ajroudi, véritable trait d'union entre la France et les pays du Golfe Arabe, que le processus se développe de jour en jour. Avec des usines spécialisées dans le traitement et la revalorisation des déchets, le président de la CNIM Saudi a su développer les méthodes et techniques adéquates en vue d'une parfaite maîtrise de la méthanisation, ce qui lui a valu le titre de leader dans les solutions industrielles en matière de préservation de l'environnement et d'économie d'énergie.

Pour la méthanisation, les déchets sont collectés et enfermés dans des grandes cuves étanches que l'on appelle « digesteurs » et subissent une fermentation au bout d'un mois en l'absence d'oxygène. Après quoi, on obtient un biogaz composé essentiellement de méthane qui sera utilisé pour produire de la chaleur, de l'électricité et même du biocarburant. La méthanisation une fois achevée laisse un résidu organique nommé « digestat » que l'on peut aussi utiliser comme engrais.

Autres articles

Comment valoriser les déchets organiques ?

D'origine animale, végétale, domestique ou agricole, les déchets organiques constituent un enjeu de taille sur le plan environnemental. Laissés à l'air libre ou dans les décharges, leur décomposition favorise......